4 minutes de lecture

Sang rancune ?

Le sujet du sexe pendant les règles n’est pas neuf et a fait couler beaucoup … d’encre. Il y a ceux qui s’y opposent fermement (hissant haut le drapeau du dégoût), celles qui ne s’y imaginent vraiment pas (mes règles, mon affaire), quand d’autres enfin n’hésitent pas à prêcher pour l’école du YOLO ou du “c’est encore mieux”. Alors quid de ce débat mi-chaud, mi-choquant pour certain-e-s ?

Royal blood, royal sex ?  

Retour à la genèse de la question pour vous planter le décor : historiquement, le sang menstruel n’a franchement pas bonne presse. On l’associe très volontiers à un vocabulaire mi-dégueu-mi-tabou : la ribambelle d’expressions utilisées pour évoquer ses menstrues en est d’ailleurs bien la preuve. Une femme qui, en société, doit parler “d’anglais qui débarquent” pour évoquer un phénomène naturel (puisque biologique) en viendra beaucoup moins facilement à se sentir libre de pratiquer le sexe pendant ses menstruations.

Ce qui, évidemment, soulève pas mal de questions : considérerait-on le sexe pendant les règles sale si les règles n’étaient pas perçues comme telles ? De la même manière, le sujet serait-il tabou si les règles ne l’étaient pas ? Et si les hommes avaient leurs règles, ne pratiquerait-on d’ailleurs pas ce sexe en continu, sans tabou et sans gêne ?

Why is period sex so cool ?

Maintenant qu’on en est là, autant vous dire qu’on va vous donner deux-trois arguments pour vous aider à vous faire votre propre opinion sur le sujet. Histoire d’aborder votre sexualité esprit et chakras grands ouverts, quelque soit la période du mois.

Alors, pourquoi le period sex est-il cool ?

  • Parce qu’il peut-être thérapeutique : oui, vous avez bien lu. Exit les anti-spasmodiques et autres Doliprane. L’idée, c’est que les douleurs de règles sont dues à des contractions utérines, et que l’orgasme féminin provoque le même type de contractions. Alors du même coup, si vous touchez le nirvana, vos muscles vont ensuite se relâcher, et vos crampes auront donc de bonnes chances de disparaître. Certaines trouvent même qu’un bon orgasme délivre des migraines menstruelles. Jackpot !
  • Pour son capital épanouissement : et de deux façons, en plus. Non seulement le sexe pendant les règles peut raccourcir la durée de celles-ci (un orgasme permettrait d’évacuer plus facilement le contenu de votre utérus), mais il est aussi propice à une plus grande excitation. Parce que votre libido, à ce moment-là, touche un peu à son climax. Et qu’en plus, bah : exit le lubrifiant. Vous voyez ?

Qu’est-ce que ça implique de différent ?

Aujourd’hui encore, on parle du sexe pendant les règles avec une telle pudeur qu’on aurait presque l’impression qu’il s’agit d’une pratique sexuelle à part entière. On vous arrête tout de suite : pas du tout. Néanmoins, comme tout rapport intime et charnel, des précautions sont à observer pour vivre l’amour en toute liberté et conscience :

  • La première chose à savoir, c’est que le sexe pendant les règles ne vous met pas à l’abri d’une grossesse. Il y a certes beaucoup moins de chance que vous puissiez être féconde à cette période (en fait, cela dépend de la régularité de votre cycle), mais la protection reste évidemment de mise. On vous rappelle, pour l’occas’, qu’un spermatozoïde peut vivre jusqu’à 4 jours. Quand même.
  • Deuxième bonne raison de vous protéger : le sang menstruel peut-être porteur d’Infections Sexuellement Transmissibles, comme l’hépatite ou le VIH. Parce que oui : c’est du sang.
  • Troisième chose : n’oubliez surtout pas de jeter votre tampon avant de passer à l’acte. On sait bien que sur le coup on peut se laisser emporter mais c’est non négociable.
  • Enfin, le plus gros facteur intervenant dans l’équation, c’est clairement le bazar que le sexe pendant les règles peut engendrer : si vos pertes de sang sont très abondantes, pensez, dans la mesure du possible, à protéger vos draps avant de passer à l’acte, ou à embarquer votre partenaire dans la grande aventure du sexe sous la douche.

C’est quoi, le Saint-Graal de l’histoire ?

Pour nous, c’est de pouvoir vivre sa sexualité librement. Se débarrasser des diktats et pressions sociales sur les règles ne veut pas dire que vous devez vous sentir obligée d’avoir des rapports pendant cette période, si votre partenaire est partant-e et que vous ne l’êtes pas. Dans cette même mesure, discuter au préalable avec son/sa partenaire du fait que vous avez vos règles est évidemment la bonne chose à faire : parce que comme dans tout rapport à deux, le consentement est roi. Enfin, n’oubliez pas que la vie est courte, et que vous aurez vos règles à peu près 6 ans et demi au cours de votre vie. Ça fait beaucoup de frustrations pour pas grand chose, non ?