3 minutes de lecture

Presque un mode d’emploi

Pas de solutions miracle : les règles se vivent différemment à échelle individuelle et ne sont pas livrées avec le mode d’emploi (ou bien on l’attend toujours).

En revanche, il y a bien deux-trois trucs que vous pouvez faire pour vous sentir bien, prendre soin de vous, ou au moins ne pas faire pire que bien. On vous explique ?

  • Faites dans l’anticipation : on connaît le truc qui fait que même si vos règles tombent toujours à 28 jours d’écart tout pile, vous n’avez JAMAIS de matos sur vous quand ça arrive. #procrastination #vivredangereusement. Mais tout ça, c’est beaucoup de stress, alors si possible, ayez TOUJOURS des protections sur vous.
  • Ne vous laissez pas abattre : par le sort, la douleur, ou la perspective d’un RTT-option-Netflix. Rester couchée toute la journée n’est vraiment pas la meilleure option (en tous cas, pas pour toutes) : en fait, faire du sport pendant ses règles permettrait même d’en réduire les douleurs. Les options sont vastes : du period sex au bon footing.
  • Pas de YOLO qui tienne : on ne se couche pas avec un tampon. Même si les arguments de la flemme ou du sex-appeal à préserver (par exemple) vous semblent des plus défendables. Parce que se coucher avec un tampon, c’est augmenter les risques d’être victime du SCT, du fait du sang stagnant dans votre vagin pendant toute une nuit.
  • Faites le bon choix : pour dormir, il vaut mieux être confo. Surtout pendant ses règles : inutile de se fatiguer davantage. Alors choisissez le bon type de serviette : suffisamment large, qui correspond à votre flux et dans lequel vous vous sentez à l’aise.
  • Dites adieu au savon : enfin, seulement sur vos parties génitales, évidemment. N’oubliez pas que la nature est généreuse et que votre vagin est auto-nettoyant : de l’eau chaude sur votre vulve, donc, et c’est tout. Sans quoi vous risqueriez de déséquilibrer votre flore vaginale #fragile.
  • Pas de rapports sexuels non-protégés : ce qui a priori, ne semblerait pas déconnant si vous partez du principe que vous n’êtes pas fertile. C’est faux : vos règles ne vous mettent pas à l’abri d’une grossesse. Et bien évidemment pas à l’abri des IST et MST non plus, le sang étant un fluide potentiellement infectieux lui-même.
  • Ne vous laissez pas emporter par la fougue : pas de pénétration vaginale si vous n’avez pas retiré votre tampon ou votre cup. Vous n’aimeriez vraiment pas qu’un moment sympathique de désir charnel se solde par une attente de 6 heures dans le couloir des urgences. Non ?
  • Ne vous compliquez pas la vie : par exemple, en choisissant des fringues alambiquées et/ou un total look white si vous êtes de celles qui passent leur temps à psychoter sur des fuites. Les bons alliés ? Une jupe longue, un pantalon fluide, des fringues en coton, des pulls réconfortants … Bref, en vrai, ce que vous voulez, tant que vous vous y sentez bien.
  • Ecoutez-vous ! Il n’y a pas de gestion parfaite des règles. Votre corps vous parle, et l’expérience que vous en faites parle de vous : tant que vous ne vous mettez pas en danger, gérez donc les choses à votre sauce, tranquille.